FKA Twigs, chronique dans Mondo Sonoro de son album Magdalene (2018)

FKA Twigs, chronique dans Mondo Sonoro de son album Magdalene (2018)

7 septembre 2021 0 Par Le Caiman

Bienvenu sur Fédération Caïman.

Déjà remise des fibromes utérins qui ont dû être retirés, FKA Twigs a récemment commenté avec Entertainment Weekly à quel point cela a été important dans son deuxième emploi, et pas seulement en raison du retard du lancement (« LP1 » date de 2014 !). « Juste au moment où vous pensez que vous êtes sur le point d’être brisé en mille morceaux, une force et un défi émergent qui n’avaient pas été présents dans mon travail », a-t-il commenté, concluant qu’en « Madeleine » a voulu mélanger sa fragilité avec sa force (peut-être parce que montrer vulnérable est, en soi, une démonstration de force), quelque chose qui est clairement vu dans « Fallen Alien » -peut-être l’une des meilleures chansons qu’il a créées- et dans le reste des chansons de ce retour.

Egalement influencée par la figure de Marie-Madeleine, en qui elle a trouvé « dignité, grâce et inspiration », « Madeleine » Cela commence certainement par un personnage spirituel (« Thousand Eyes ») qui durera tout au long de l’album, et cela se traduit parfois par de la délicatesse, d’autres fois par la férocité et, surtout, par une combinaison des deux. Twigs réalise aussi ici une évolution de son son : si au départ on disait qu’il combinait r&b et trip-hop, ici il y a une bien plus grande présence d’électronique et même d’ambient, avec la délicieuse fin de « Mary Magdalene » à titre d’exemple (étonnant qu’Arca soit dans la production du précédent et, d’après ce que l’on a vu du générique, pas dans celui-ci). Tahliah Debrett a autoproduit l’album avec la collaboration du Chilien Nicolas Jaar, et des touches spécifiques de grands noms (dont Michael Uzowuru, Cashmere Cat, Benny Blanco, Skrillex ou l’omniprésent Jack Antonoff), mais il parvient à parcourir différents chemins sans perdre jamais son essence. .

Ainsi, nous avons le son le plus similaire à « LP1 » de « Daybed », on a « Mirrored Heart » qui est proche d’une ballade des années 90 de Mariah, « Sad Day », dans laquelle il semble que SOPHIE s’était mis dans le « Black Lake » de Björk… mais même dans lequel cela pourrait être plus impersonnel , « Holy Terrain », parvient à emmener l’artiste invité dans son domaine (« I love Future emo », ironise-t-il). L’attente en valait la peine: « Madeleine » Ce n’est pas seulement l’un des albums de 2019, mais un album dont, comme son prédécesseur, nous continuerons à nous souvenir même si cinq ans se sont écoulés. Et de plus.

Ça y est, c’est déjà la fin cher amoureux de la musique.
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le mentionner.