Hacker sa voiture et la rendre autonome

Hacker sa voiture et la rendre autonome

28 août 2021 0 Par Le Caiman

La grand-mère de Pierre (le prénom a été modifié) l’a gardée comme un secret lorsqu’il lui a fait faire un tour de nuit à bord de sa Honda Civic modifiée sur l’autoroute. Un appareil fait maison au lieu du rétroviseur peut contrôler les freins, l’accélérateur et la direction, et utilise une caméra pour identifier les marquages ​​au sol et les autres voitures.

« Elle n’était pas vraiment sidérée en fait, je pense parce qu’elle a tellement vu de la technologie maintenant« , explique Pierre, professeur titulaire d’une chaire universitaire et d’une école d’ingénieur. D’autres sont plus préoccupés par le système, qu’il a construit à l’aide de plans et de logiciels téléchargés sur Internet, plus environ 700 € en diverses pièces. Pierre dit qu’il n’a pas convaincu sa conjointe de lui faire confiance pour embarquer avec ce « gadget ». Il est vrai que Pierre surveille de très près son pilote automatique « fait maison ». « Elle a peur qu’il écrase quelqu’un avec sa voiture« , dit-il.

De nombreuses entreprises de haute technologie et automobiles ont commencé, surtout aux USA, à tester des voitures modifiées sur la route depuis quelques années maintenant. Le véhicule de Pierre est à l’avant-garde d’un système plus précis. Au fur et à mesure qu’il prend forme grâce aux bricoleurs du monde entier, chacun cherche à mettre à niveau leurs propres véhicules avec un équipement informatique qui peut partager les tâches de conduite.

 

Motivation et défi de hacker et personnaliser sa voiture

La motivation vient du plaisir et du défi de mettre la technologie au travail – et de la perspective de rendre la conduite plus facile. 

Des entreprises comme comma.ai, une startup de San Francisco développe un appareil à 999 dollars qui pourrait mettre à niveau certains véhicules susceptible de conduire eux-mêmes sur l’autoroute et suivre le trafic stop-and-go. Le fondateur George Hotz a toutefois dû stopper brutalement ses ambitions après avoir reçu une lettre de l’Administration nationale de la sécurité routière sur ses fonctionnalités. En novembre, il a libéré le code du software de sa société sur github disant qu’il voulait responsabiliser les chercheurs.

 

Votre voiture avec système autonome de conduite pour 700 €

La voiture Pierre peut se diriger toute seule sur l’autoroute grâce à cet appareil qu’il a construit et installé lui-même pour 700 € en pièces.

Pierre a commencé à commander les pièces nécessaires à la construction de l’appareil de Comma, le Neo, le même jour où George Hotz a mis les plans en ligne. Il a suivi le processus de Comma et s’est trouvé avoir une Honda Civic 2016, l’un des deux modèles pris en charge par le logiciel de l’entreprise (l’autre est une Acura ILX 2016).

Le dispositif Neo est construit à partir d’un smartphone OnePlus 3 équipé du logiciel gratuit Openpilot de Comma, une carte de circuit imprimé qui connecte l’appareil à l’électronique de la voiture et un boîtier imprimé en 3D. Pierre a imprimé le boîtier sur un service en ligne et a assemblé lui-même la carte.

Il a d’abord mis sa vie entre les mains de l’appareil une après midi de fin janvier après un cours universitaire. « Il faisait noir sur l’autoroute, et je l’ai testé moi-même parce que je me suis rendu compte que si quelque chose n’allait pas, je ne voulais personne d’autre dans la voiture« , a déclaré Pierre. « Ça a très bien fonctionné. »

Des tests ultérieurs ont montré que le Neo tirait parfois à droite invariablement, mais une mise à jour logicielle publiée par Comma a rapidement corrigé cela. Désormais pleinement opérationnel, le système présente des capacités similaires à celles de la version initiale de l’AutoPilot de Tesla.

Les plans et les logiciels de Comma ne sont pas les seules ressources pour les constructeurs de voitures autonomes qui veulent l’être. Néo-driven, une startup basée à Los Angeles, a récemment commencé à vendre un appareil Neo pré-construit qui fonctionne avec Openpilot Comma pour la somme de 1 495 dollars. La plate-forme d’enseignement en ligne Udacity a publié un code utilisé dans son programme de recherche sur les voitures autonomes, et les étudiants de l’un de ses cours l’améliorent et l’étendent activement (« Google Now Self-Driving Car Creator en concurrence»).

 

Déja légal aux USA ?

La question du droit, autant que de la sécurité se pose. Aux USA, la législation semble donnée faveur l’utilisation légale de cet objet permettant l’auto-conduite. Mais quid des assurances ?

Bryant Walker Smith, un professeur de droit à l’Université de Caroline du Sud affirme que les lois fédérales et étatiques n’empêchent probablement pas ceux qui souhaitent moderniser leur véhicule de partager les tâches de conduite. La NHTSA a autorité sur les entreprises qui vendent des véhicules et des systèmes utilisés pour les modifier, mais les consommateurs ont une grande flexibilité pour apporter des modifications à leur propre véhicule, explique Smith, qui conseille le département américain des Transports sur la loi et l’automatisation.

Cependant, toute personne qui utilise Neo aux USA devra toujours se conformer aux règles de l’État qui exigent une conduite responsable. (Le logiciel Openpilot Comma essaie d’y remédier : il émet un signal lorsque le conducteur ne touche pas le volant toutes les cinq minutes, et demande une intervention humaine s’il lui est difficile d’interpréter la route devant lui.) Et en cas d’accident, en utilisant l’aide à la conduite tout se complique. « Ce n’est pas parce que vous pouvez conduire légalement que vous n’êtes pas civilement responsable », déclare Smith.

Ariel Núñez, développeur de logiciels à Barranquilla, en Colombie, espère que son travail montrera comment les voitures existantes peuvent être rendues beaucoup plus sûres. Lui-même utilise le code de Comma et Udacity pour essayer de ralentir automatiquement sa Ford Fusion lorsqu’il voit des feux de circulation, des ralentisseurs ou des nids-de-poule. Il ajoute « Je suis moins intéressé par l’autonomie totale que par la prévention sur les routes de brousse», dit-il. « De nombreuses voitures existantes peuvent être modernisées. »

A quand ce système sur les Renault, Peugeot ou Citroën ?