Lou Reed, chronique de son album New York (Deluxe Edition) (2020)

Lou Reed, chronique de son album New York (Deluxe Edition) (2020)

9 octobre 2021 0 Par Le Caiman

Bonjour à tous.

La décennie des synthétiseurs et des épaulettes n’allait pas bien avec la plupart des icônes du rock qui ont émergé avant le milieu des années 1970. L’influence de la techno et la dure gueule de bois de l’explosion punk revitalisante – à l’origine – nous ont poussés dans une mauvaise direction et, craignant de paraître dépassés, de grands noms du passé se sont laissé emporter par le courant jusqu’à signer le œuvres les plus faibles de leurs discographies. Dans ce chaos Lou Reed il a gardé le type comme il a pu, mais la vérité est que des disques emblématiques comme « Transformateur » ou « Berlin » Ils étaient loin, sans parler de son travail avec The Velvet Underground.

En l’état, rien ne laissait présager, si proche de la fin de la décennie qu’en 1989, que le New Yorker allait nous ravir avec l’un de ses chefs-d’œuvre. Mais c’était comme ça. « New York » c’est devenu un album clé lorsqu’il s’agissait de remettre les guitares au premier plan, de ressusciter des percussions organiques, de vénérer des riffs solides et simples et, fondamentalement, de récupérer l’essence des grandes chansons rock.

Prenant sa ville natale comme source d’inspiration et élément véhiculaire, Reed a narré une succession de scènes à cheval entre le quotidien et l’étrange, nous piégeant entre une délicieuse diversité stylistique et un naturel presque hypnotique dans l’exécution instrumentale. C’est ainsi que, dès le premier instant, nous avons tous su que nous étions face à un album très spécial. L’auteur lui-même, conscient du potentiel du nouveau matériel, est parti en tournée en incluant l’intégralité de l’album (ou presque) dans les set-lists, chose que ceux d’entre nous qui ont pu en profiter ne cesseront de le remercier, par exemple, en le concert historique qu’il a offert à Barcelone Velòdrom d’Horta.

Depuis le début de l’album, avec ces Roméo et Juliette qui laissent leur âme dans une voiture de location et mettent Manhattan dans un sac poubelle (« Romeo Had Juliet »), jusqu’à cette fin où (selon certains) Andy Warhol est honoré par incarnant un rôle divin inspiré par « La dernière tentation du Christ » de Scorsese (« Dime Store Mystery »), il ne reste rien dans cette intrigue tissée. Mention spéciale pour le défilé métaphorique, poétique et cinéphile de « Halloween Parade », la saleté et les misères familiales de « Dirty Blvd. », la rage de guitare de « There Is No Time » ou la subtilité jazzy de « Endless Cycle », sans dénigrer du reste du lot, bien sûr.

À ce jour, et avec plus de trois décennies derrière lui, « New York » il sonne toujours aussi vigoureux et percutant. Par conséquent, cette réédition étendue et profonde qui comprend trois CD, un DVD, deux vinyles et un livre relié est plus que justifiée et bienvenue.

Les CD, en plus de l’album original remasterisé et des versions de toutes les chansons jouées en direct en 1989, comprennent des démos intéressantes et/ou curieuses, une chanson qui n’est pas entrée dans la sélection finale (« The Room »), une performance acoustique en solo de « Busload Of Faith », quelques mélanges différents ou bruts d’autres chansons et, enfin, des classiques plus anciens de Reed comme « Sweet Jane » et « Walk On The Walk Side », également enregistrés en direct lors de la tournée ’89.

En revanche, le DVD récupère un concert publié jusqu’à présent uniquement sur VHS et Laser Disc, dans lequel Lou et sa bande du moment se produisent « New York » dans son intégralité à Montréal. De plus, une conversation de vingt-cinq minutes avec le protagoniste de cette histoire est ajoutée.

Bref, et comme cela arrive souvent dans ces cas, cette réédition de luxe s’adresse à un public déjà familiarisé avec l’album original, désireux de s’immerger dans ses tripes et de s’en souvenir avec le plus d’une présentation qui lui rend justice. Et puisque c’est de cela qu’il s’agit, personne ne devrait être déçu par cette édition. Parce que New York n’est peut-être plus ce qu’elle était et Lou Reed nous a quittés en 2013 sans que personne ne prenne le relais… mais ces chansons, vous en conviendrez, n’ont pas perdu un iota de validité.

  • BE (Deluxe Edition)
  • New York Deluxe Coffret 3cd/DVD/2lp Ed. Limitée

Et voilà, à bientôt cher amoureux de la musique.
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le partager.