Run The Jewels, chronique de leur album RTJ 4 à Mondo Sonoro (2020)

Run The Jewels, chronique de leur album RTJ 4 à Mondo Sonoro (2020)

17 septembre 2021 0 Par Le Caiman

Bienvenu sur Fédération Caïman.

« Putain, pourquoi attendre ? Le monde est infesté de merde, alors voici quelque chose de brut à écouter pendant que vous essayez de tout gérer. Nous espérons que cela vous apportera un peu de joie. Restez en sécurité et plein d’espoir là-bas et merci d’avoir donné à deux amis une chance d’être entendus et de faire ce qu’ils aiment. » Avec cette déclaration Michael Render et Jaime Meline, ou ce qui est le même Killer Mike et El-P, ont annoncé mercredi 3 juin la sortie anticipée de leur quatrième travail ensemble en tant que Courir les bijoux. Un mouvement on ne peut plus adapté car la révolution n’est peut-être pas télévisée ou numérisée, mais elle a déjà une bande son : « Exécutez Les Joyaux 4 ».

En écoutant les avant-premières, on pouvait deviner qu’ils préparaient quelque chose de spécial, mais écouter Killer Mike devenir la voix de la raison, après le meurtre de George Floyd par la police et éviter de plus grands maux à Atlanta, a confirmé que cet album ne pouvait pas atteindre à un moment plus approprié. Et cet album est un coup de poing dans la gueule, un « va te faire foutre » fort et euphorique à tous les Derek Chauvins du monde et aux personnes qui les rendent possibles.

A l’heure où la plupart des stars du rap sont souvent retirées du jeu, dans un cercueil ou retirées dans leurs hôtels particuliers vivant des loyers, Courir les bijoux ils ont réussi à rester pertinents bien au-delà de quarante ans et à livrer leur travail définitif.

L’album s’ouvre avec les deux chansons qui avaient déjà été avancées, « Yankee et les braves (Ep. 4)», dans laquelle les deux protagonistes sont présentés utilisant leurs équipes de baseball comme moyen d’identification, les Yankees de New York et les Braves d’Atlanta, déclenchent les hostilités en vous saisissant pour ne pas vous lâcher en moins de deux minutes et demie. Vient ensuite « Ooh La La » dans lequel une légende du hip hop collabore en tant que DJ Premier lui-même dans les « scratches ». Et est-ce que Courir les bijoux Ils se positionnent une nouvelle fois comme les porteurs de la flamme de l’âge d’or du genre, avec plusieurs clins d’œil au Wu-Tang Clan, Jeru The Damaja ou Public Enemy.

« Out Of Sight » n’abaisse pas du tout le piston, avec une base qui est dingue, c’est incroyable de voir comment les lignes s’échangent comme si c’étaient les Showtime Lakers, à la fin 2 Chainz apparaît, c’est pas mal, mais ses vers sont l’équivalent de regarder Kurt Rambis jouer après avoir vu Magic et Kareem…

« Goonies vs ET » est un autre exemple que lorsque l’Apocalypse arrivera, cela sonnera comme une production El-P, c’est incroyable et Killer Mike répond à cet incroyable batteur en publiant une autre de ces merveilles dont cet album est plein: « Maintenant, je comprenez que le mouvement ‘réveil’ est en train de jouer, Il n’y a pas de révolution qui soit télévisée et numérisée, Vous avez été hypnotisé et tweeté par des gars stupides ». A la fin, la batterie cède la place au riff de guitare qui ouvre « Walking In The Snow », quand on pense que le niveau d’énergie, de colère et d’agressivité ne peut pas être maintenu, non seulement il est maintenu mais il continue de croître, avec une chanson dans ce Killer Mike met impitoyablement son doigt sur la plaie, « Et tu es tellement engourdi que tu vois les flics étouffer un homme comme moi… Et ma voix passe d’un cri à un murmure, ‘Je ne peux pas respirer. ‘ Et vous vous asseyez à la maison sur le canapé et le regardez à la télévision, tout ce que vous faites, c’est d’écrire sur Twitter en qualifiant cela de tragédie. »

« Just » est la preuve que Zach De La Rocha pourrait être le troisième membre de Courir les bijoux. Leur cri de guerre leur va comme un gant et leur « flow » n’a fait que s’améliorer avec le temps. Pharrell apparaît également en chantant le refrain et en inspirant peut-être une production El-P plus contemporaine. Dans « Never Look Back » ils jouent avec un ‘beat’ house puis cèdent la place à une bombe qui fait référence aux jours glorieux du boom bap, pure énergie concentrée, avec un côté très rock & roll. Il s’agit de « The Ground Below », une chanson avec un refrain glorieux et une fin épique dans laquelle Killer Mike souligne que « l’argent n’a jamais signifié grand-chose pour nous ». Et vous le croyez à la lettre : ils autorisent le téléchargement gratuit de l’album depuis leur site internet et demandent des dons pour des associations en faveur de Black Lives Matters.

« Pulling The Pin » a la collaboration de Josh Homme et Mavis Staples, il est construit sur une complainte vocale d’Homme, qui contribue également instrumentalement, mais la chanson a son cœur dans Staples, la voix de la soul la plus proche du mouvement des droits civiques de Martin Luther King chante avec passion et rage ce qui suit : « Et au mieux j’ai tort et au pire j’ai eu raison depuis le début. Ça fait mal, je suis dévasté, il y a une grenade dans mon cœur et la bague est dans le creux de sa main.

L’album se termine par l’abrasif « A Few Words For The Firing Squad (Radiation) », la bande originale parfaite de ces temps tumultueux où brûlent les rues des Etats-Unis, musicalement le cousin de « Fun House » des Stooges, avec un saxophone incendiaire sur un rythme martelant, il y a un magnifique pont orchestral où tout s’arrête jusqu’à ce qu’Armageddon revienne en musique et annonce la fin des temps, Mike évoque son statut de nouveau porte-parole de la population noire, « Des amis disent à ma femme : « Ça pourrait être un autre Malcolm, ça pourrait être un autre Martin. » A quoi elle répond : « J’ai plus besoin d’un mari que le monde n’a besoin d’un autre martyr.

A la fin il y a un thème caché dans lequel on nous fait voir qu’on vient de voir un nouvel épisode de « The Yankee And The Brave », mais on a l’impression d’avoir entendu quelque chose de plus important, quelque chose comme une révélation, un album qui plonge dans le signe des temps. Jouez ce disque au volume maximum pendant que vous regardez les images de la Maison Blanche entourée d’incendies. C’est la bande originale de la révolution qui se déroule en ce moment.

Si MC5 et The Stooges mettent la bande originale de l’année 68 mouvementée en Amérique, « Exécutez les bijoux 4« Est-ce son successeur pour 2020, prenant cet esprit abrasif qui céderait la place au punk et le mettant à travers l’Apocalypse sonore de la Bomb Squad. Comme le fait que « This Is America » de Childish Gambino et « Alright » de Kendrick Lamar soient réapparus parmi les chansons les plus vendues et les plus écoutées de la semaine, les gens recherchent de la musique pour exprimer leur colère et leur angoisse. La recherche est terminée. « Exécutez les bijoux 4 » Est la réponse.

Ça y est, à bientôt cher amoureux de la musique.
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le partager.