Alerte rouge énumère les problèmes « plus urgents » que la campagne Safe Culture du gouvernement : déclaration –

Alerte rouge énumère les problèmes « plus urgents » que la campagne Safe Culture du gouvernement : déclaration –

20 mai 2022 0 Par Le Caiman

Salut, je m’appelle Marc, dans le post ci-dessous, nous allons à nouveau explorer un passionnant sujet musical.

Le Ministère de la Culture Il a lancé ces jours-ci sa campagne Safe Culture, avec laquelle elle entend « encourager l’afflux du public dans les espaces culturels » et défendre que « les espaces culturels sont sûrs ». Ce matin, la présentation de la vidéo centrale de la campagne a eu lieu au Cine Doré de Madrid, avec la participation d’artistes tels que Alejandro Amenábar, Ana Belén, Ainhoa ​​​​Arteta, Isabel Coixet, Antonio Canales, Luis García Montero, Joaquín de Lumière, Manuela Velasco ou Sergio Momo.

Alerte Rouge, la plateforme regroupant plus de 200 associations, syndicats et professionnels du secteur Spectacles et Evénements qui s’est regroupée pour exiger du Gouvernement des mesures de protection de ce secteur, a renoncé à assister à la présentation d’une campagne « dans le le secteur lui-même n’a pas participé comme le ministère l’avait promis lors de la réunion tenue». Au lieu de cela, la plateforme défend qu’il existe des « mesures plus importantes » à prendre en compte que le lancement de ladite campagne, qu’elle énumère dans un communiqué.

Dans le même communiqué, Alerte Rouge déplore : « Ce n’est pas le moment de présenter la campagne sans consensus préalable et sans la rectifier pour trouver le chemin qui a vraiment l’effet dont ont besoin tous les professionnels et autres composantes de la culture et de l’événementiel. Nous sommes prêts à participer à cette campagne dès maintenant, comme indiqué lors de la réunion, et nous sommes sûrs que si le public connaît les centaines de professionnels derrière un événement ou un spectacle, il sera conscient que lorsqu’il s’y rend, il crée des emplois. pour beaucoup de gens, des gens qui ne sont plus invisibles. Mais nous sommes plus certains que la campagne ne sera efficace que si les engagements pris lors des réunions sont tenus, et les mesures que nous attendons depuis des mois.

« Le ministère a l’opportunité d’entrer dans l’histoire en récupérant et en construisant un secteur à partir de la base, avec, d’abord les mesures les plus urgentes, pour continuer avec celles qui sont aussi importantes », poursuit le texte. « Cependant, le temps continue de passer, et le temps est ce que nous n’avons plus. Les professionnels continuent de chuter et les entreprises continuent de fermer, nous sommes un secteur qui n’a plus rien à perdre.

Il y a quelques semaines, le JNSP s’est entretenu avec divers représentants politiques de la négligence du gouvernement envers le secteur culturel.

Les mesures listées par Red Alert :

une.- Pour que cette campagne soit efficace et rejoigne réellement les gens, tant le public que tous les professionnels qui font partie de la chaîne de valeur, nous croyons fermement qu’il faut travailler ensemble, collaborer dès le début, comme envisagé lors de la dernière réunion, et travailler dans un esprit consensuel manière à ce que cette campagne réponde aux objectifs fixés lors des réunions. C’est-à-dire sensibiliser et motiver le public à retourner dans les espaces culturels dans tous les domaines, et enseigner les centaines de métiers et de disciplines de tous les travailleurs, liés, sans aucun doute, au point 2.

deux.- Aucune campagne ne peut démarrer s’il n’y a pas de mesures concrètes qui l’accompagnent et qui sont mises en œuvre de toute urgence. Surtout, et comme nous l’avons transféré dans la Culture et dans le Travail, et jeudi dernier devant la Présidence du Gouvernement également, le sauvetage des nombreux professionnels qui, du fait de l’intermittence de l’activité, étaient en dehors du système de sécurité sociale ; ou qu’après des arrêtés royaux successifs, ils ont été exclus pour n’avoir pas cotisé pendant une période minimale, ou qu’ils ont des problèmes avec les ERTE et des revenus abusifs sans lettres de paiement. Aussi le sauvetage de toutes les entreprises qui font partie du tissu productif qui voient comment les dépenses restent les mêmes, les temps de manque de crédits ICO sont révolus, il n’y a plus moyen de payer les factures… Les personnes qui n’ont plus une marge de manœuvre pour aller de l’avant, des entreprises qui font faillite et un secteur qui s’enfonce peu à peu sans envisager de mesures concrètes pour son sauvetage et sa relance.

QUESTIONS EN SUSPENS DEPUIS LA RÉUNION DU 8 OCTOBRE
La nécessité d’un plan de mesures spécifiques pour sauver et réactiver le secteur, à mener conjointement avec le gouvernement, avec un engagement fidèle car c’est un secteur qui a été particulièrement endommagé et affecté par la pandémie.

La mise en place par le Gouvernement d’une grande campagne #safeculture, qui sensibilise et motive le public à revenir aux événements et spectacles, en collaboration avec le secteur. Une attention particulière aux salles de concert, qui sont le lieu de naissance des talents et qui risquent de disparaître, ce qui signifierait une scène désertée pour la création artistique.

Besoin urgent d’une réglementation spécifique et homogénéisée dans les Communautés Autonomes et les Villes pour la réactivation de l’activité du secteur culturel dans le contexte de Covid19 dans un cadre de sécurité juridique pour tous les acteurs, en se concentrant sur les écarts dans les réajustements de capacité, en particulier sur les pourcentages touchés compte tenu de la disparité entre les communautés autonomes et les villes, même en laissant à l’arbitraire de l’entité publique qui doit accorder la licence dans celles considérées comme extraordinaires ou massives.

Réglementation pour les établissements qui ont des licences avec des spectacles musicaux en direct (salle de fête, café-spectacle, bar spécial avec spectacle musical en direct, restaurant-spectacle, café-concert ou assimilé selon la réglementation régionale) ou cela dans les établissements ou espaces qui demandent des autorisations extraordinaires, qu’au moins des spectacles musicaux en direct puissent être organisés conformément aux mesures et limitations de manière unifiée, tout comme cela est autorisé ou autorisé dans le reste des établissements et espaces simplement parce qu’ils ont un type de licence différent, ayant pris en compte compte que les réajustements pour s’adapter aux limitations de capacité au pourcentage établi dans les réglementations applicables des différentes zones territoriales, doivent être effectués sur la base du calcul établi à cet effet par le Code technique de la construction, Document de base SI3.

Exhorter les Communautés Autonomes et les Villes à utiliser le budget alloué à la culture et à la programmation à la recherche d’alternatives sans annuler les spectacles.

Demande expresse pour éviter les communications pouvant être mal interprétées ou donner une mauvaise image du secteur.

Le retour à l’activité en 2021 comme seule alternative pour la continuité de l’industrie culturelle, dans le cadre des mesures de sécurité envisagées dans le Guide « Lignes directrices et recommandations pour la tenue d’événements et de spectacles dans le contexte du Covid-19 ».

Révision de la fiscalité applicable au secteur, y compris la TVA.

Situation du régime et manque de protection de l’emploi pour les travailleurs du secteur. Création d’un fonds de compensation car le caractère rétroactif ne peut pas être appliqué dans les arrêtés royaux approuvés pour les prestations ou subventions auxquelles de nombreux professionnels qui sont en dehors du système de sécurité sociale n’ont pas pu accéder au moment de décréter l’état d’alarme en mars dernier 14, 2020.

Considération du secteur comme stratégique pour la relance économique.

Demande expresse de clarification par le Gouvernement sur le « Pacte de la culture », en termes d’objectifs et étant entendu qu’il doit être doté d’un budget et qu’il doit être une croissance durable.

[bzkshopping count= »3″ template= »grid » merchants= »amazon »]

C’est tout pour aujourd’hui, à bientôt cher mélomane
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le commenter.