Amaia, critique de son album « Pero no pasa nada » (2019)

Amaia, critique de son album « Pero no pasa nada » (2019)

16 octobre 2021 0 Par Le Caiman

Bonjour.

Cela en dit long sur une artiste qu’El Drogas, Viva Sweden ou La Bien Querida louent sa carrière, mais surtout quand ils disent qu’il est évident qu’elle a fait un album en toute liberté. Après tout, c’est l’un des atouts les plus précieux lors de la création de tout type d’art. ET « Mais rien ne se passe« Est un hymne à la pensée libre de la vision et de la version d’une milléniale de vingt ans, avec ses contradictions, ses frustrations et sa vie sur les réseaux sociaux, le tout narré tel qu’il sort de la patate douce.

Elles durent à peine trente minutes, produites par Santiago Motorizado et sûrement très différentes de celles qui auraient quitté le travail avec Refree. Mais concentrons-nous sur « Mais rien ne se passe”. Cela commence par « Ultima vez », presque un sifflet musical, puis il y a l’hommage à Karina avec « Ça restera dans notre esprit », et plus tard « El relámpago », ce premier single qui semble retrouver le son de Donosti. Et on peut continuer avec « Je veux que tu viennes », de la pure pop, ou encore ce « Toutes ces années » dans lequel un featuring Belle & Sébastien s’autorise au point que si un « Encore une journée ensoleillée, je t’ai rencontré dans le jardin ont été libérés « Dans les choeurs ce ne serait pas faux.

Dans la dernière ligne droite, nous avons le dansant « Un día perdida », un « Quand tu es triste » -peut-être le morceau le moins inspiré de l’album- et ce magnifique « Parce que tu es apparu », avec des paroles de Nuria Graham, qui sonne comme Chavela Vargas ferait l’affaire et Irantzu Valencia ensemble, se côtoyant dans une chanson de La Buena Vida. Bien que l’attractivité d’Amaia Romero dépasse ce que l’on entend dans « Pero no pasa nada ». Si vous voulez découvrir d’autres choses que fait la fille, cherchez-la en chantant La Buena Vida ou Cecilia et même en jouant « Iberia 1: II El Puerto » au piano et alors vous comprendrez beaucoup de choses à son sujet.

  • Probio+ Intima - Flore Intime - Jusqu'à 40 Milliards UFC/Jour - 4 Souches Lactobacillus Reuteri, Rhamnosus Crispatus et Acidophilus - 100% FRANÇAIS
    PRENEZ SOIN DE VOTRE FLORE INTIME : Probio+ intima apporte à votre microbiote une concentration unique de bonnes bactéries qui s’opposent à la colonisation de la flore intime par de mauvaises bactéries. Leur parfaite biodisponibilité est assuré par nos gélules gastro-résistantes qui les préservent de l'acidité de votre estomac 4 SOUCHES DEDIEES A L'EQUILIBRE ET AU BIEN-ETRE DE VOTRE FLORE INTIME Probio+ Intima contient notamment la souche Lactobacillus crispatus qui représente à elle seule près de la moitié des souches bactériennes colonisant le microbiote intime féminin. Consommer 4 souches de ferments lactiques différentes, c'est aussi multiplier les chances de procurer les bonnes bactéries au bon moment à la flore vaginale CHOISISSEZ DES SOUCHES MICROBIOTIQUES D'ORIGINE FRANÇAISE : Saviez-vous que pour des questions économiques, la majorité des souches microbiotiques sur le marché sont importées des USA, d'Europe ou d'Asie ? Apyforme fait le choix de la traçabilité et de la qualité, les souches que nous cultivons sont 100% Françaises, elles sont déposées à la Collection Nationale de Cultures de Micro-organismes (CNCM) POSOLOGIE, NOS EXPERTS VOUS CONSEILLENT : Pour favoriser la colonisation de votre intestins, consommez notre formule Probio+ Intima idéalement à jeun, le matin 30 minutes avant vos repas. En traitement de fond ou après antibiothérapie : 1 gélule / jour pendant minimum 2 mois. En cure intensive : 2 à 4 gélules / jour pendant 7 jours puis 1 à 2 gélule/jour pendant 14 jours. CONSOMMEZ 100% MADE IN FRANCE : Notre pilulier est fabriqué à Clermont-Ferrand, nos gélules 100% végétales à Angers et notre centre R&D est basé à Saint-Etienne. En choisissant Apyforme, vous favorisez l’économie de nos régions. De plus, nos produits sont garantis sans OGM, sans gluten, sans lactose, sans titane et sont certifiés HACCP.

Et voilà, c’est déjà la fin cher passionné(e) de musique.
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le partager.