Avant et après « Cheerleader » : qui est OMI ?

Avant et après « Cheerleader » : qui est OMI ?

21 novembre 2021 0 Par Le Caiman

Bonjour à tous, je me présente, je m’appelle Caroline, aujourd’hui, nous allons à nouveau parler un excellent truc d’actualité (ou pas d’ailleurs) de plaisir (ou non) auditif :-P.

Avec près de 400 millions de vues sur Spotify (un scandale), il faut vraiment vivre dans une grotte pour ne pas avoir entendu, même par hasard, le dernier single d’OMI, l’un des grands tubes clairs de l’année. Dans sa version remixée par Felix Jaehn, ‘Cheerleader’ est un hit mondial qui a été (et est toujours) top 1 aux États-Unis et au Royaume-Uni (dans ce dernier cas, déjà sorti du top 10 cependant) et top 3 en Espagne, où il reste dans le top 5.

Même si c’est difficile à croire, il y avait une vie avant « Cheerleader ». OMI (de son vrai nom Omar Samuel Pasley) est devenu célèbre dans sa Jamaïque natale grâce aux singles ‘Standing On All Threes’, ‘Take It Easy’, ‘Fireworks’ et ‘Color of My Lips’ aux côtés de Busy Signal. « Cheerleader » est sorti en 2012, sous le nom de « Standing On All Threes », et dans sa version reggae originale, ce fut un petit succès non seulement en Jamaïque mais aussi à Hawaï et à Dubaï. La chanson a été publiée avec un clip vidéo tourné dans l’Oregon, aux États-Unis, qui, vu maintenant, fait même un peu rire.

Fait intéressant, l’OMI compte dans les interviews que ‘Cheerleader’ a composées en 2008 et qui n’étaient en principe qu’un intermède pour son album. Ce n’est que l’année dernière que le label OMI a commandé des remixes de la chanson avec l’intention de la rééditer, libérant enfin celui de Felix Jaehn, le jeune producteur allemand qui a écrit ‘Eagle Eyes’ et dont le remix de Rufus » Ain’t Nobody ‘ et Chaka Khan était un tube européen il y a plusieurs mois.

Bien qu’elle ait vécu à New York avec sa tante à l’adolescence, après la mort de cet OMI, elle est retournée en Jamaïque pour tenter de prendre pied sur la scène musicale locale. Personne n’aurait deviné jusqu’où le musicien irait grâce à cette chanson qui, telle une peste, est passée de platine en Suède à un tube dans toute l’Europe et enfin dans le monde. Les raisons sont claires : une mélodie entraînante, un rythme contagieux, des paroles idiotes sur l’importance de l’amour… Il y a même un autotune. Les ingrédients sont là et le monde a réagi.

OMI publie maintenant la suite de ‘Cheerleader’. Le nouveau single du musicien s’intitule ‘Hula Hoop’, il représente évidemment une nouvelle tentative de répéter le succès de ‘Cheerleader’ et il est très possible que le musicien le présente dans Festival de musique de Gibraltar, qui se tiendra les 5 et 6 septembre. Le tout sent le « one-hit-merveille » partout et il semble difficile pour « Hula Hoop » de répéter le succès de « Cheerleader », mais bon, on a dit la même chose à propos de Carly Rae Jepsen…

Ça y est, j’espère que vous avez appris de nouvelles choses cher amoureux de la musique.
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le partager.