C. Tangana et Alizzz approuvent « Je ne suis jamais » d’Anajú, mais cela ne la place pas en finale de l’Operación Triunfo 2020

C. Tangana et Alizzz approuvent « Je ne suis jamais » d’Anajú, mais cela ne la place pas en finale de l’Operación Triunfo 2020

17 juin 2022 0 Par Le Caiman

Bienvenu sur Fédération Caïman, je m’appelle Aurélien, dans cet article, nous allons une nouvelle fois parler un super sujet autour du son.

Heureusement, je pense, il reste deux galas pour terminer cette édition très étrange et sans âme de l’Operación Triunfo. Le cœur brisé parce que la crise du Covid-19 s’est transformée en une parenthèse qui pourrait s’appeler un coït interrompu… si à un moment donné dans le développement initial du télé-crochet nous avions ressenti une certaine excitation. Cela n’a pas été le cas. Mais de toute façon, il faut finir ce que l’on commence, et hier soir le gala 11 d’OT 2020 nous laissait ses trois premiers finalistes.

Deux d’entre eux ont été choisis par le jury. Oui, ils sont toujours là. nous savons de le rire exagéré que Natalia Jiménez a pris au détriment de une chute fortuite d’Anajú. L’un de ces finalistes a chanté : Nia est impressionnante vocalement, polyvalente et capable de chanter et de danser comme beaucoup d’artistes de haut niveau ne le peuvent pas. Mais il faut dire qu’en son interprétation de ‘Halo’ hier, c’était assez plat, nous sortant juste de la torpeur à la fin. Un gimmick habillé de miroirs cherchait à réaliser quelque chose de similaire à ce qu’Amaia avait fait avec « Shake It Out » en 2018

… mais cela ne s’est pas produit. En tout cas, il a un avenir… du moins le pensions-nous jusqu’à ce que nous découvrions que son premier single, qui sortira ce vendredi, est produit par Kike Santander. Nous craignons le pire.

La grande surprise, et pas pour le mieux, est venue du choix insolite des experts du deuxième finaliste : Hugo, qui a été sauvé de l’expulsion il y a à peine une semaine, choisit désormais de gagner le concours, au détriment des autres concurrents qu’ils ont montré plus de régularité, de sécurité et de conditions. Et que, de plus, ils n’apprécient pas les combats de chiens illégaux. Tout cela parce qu’il a osé chanter ‘La Leyenda del Tiempo’ de Camarón de la Isla avec un groupe live. C’était un pari courageux, devant lequel même les plus experts ne seraient pas à la hauteur. Il n’était pas non plus, malgré son dévouement, prisonnier avant tout de quelques nerfs qui l’alourdissaient vocalement.

Ils étaient tous les deux hors concours devant Maialen qui était aussi déterminé et magnétique que d’habitude avec une version jazz-latin-rag assez aléatoire (une sélection classique de Manu Guix et Noemí Galera) de ‘Devrais-je rester ou devrais-je partir’ et Flavio (sauvé in extremis de l’expulsion contre Hugo). Cependant, les professeurs n’ont choisi aucun de ces deux, mais plutôt Eva, qui a fait une version gimmicky (et rien d’autre) de « Nothing Else Matters » de Metallica. C’était assez surprenant, étant donné que, bien qu’elle se présente comme l’une des candidates les plus prometteuses, sa progression a été plutôt décevante.

Tout le contraire de Samantha, qui après divers déplacements tout au long de l’édition est sortie assez gracieusement en chantant et en dansant sur rien de moins que ‘Freed from Desire’, et surtout Anajú (un autre qui sort un single ce vendredi ; on verra) qui , allant du moins au plus, une interprétation magnétique de ‘Nunca está’, le récent numéro 1 en Espagne de C. Tangana, a été marquée. Et qu’il avait déclaré qu’il n’était pas à l’aise avec elle.

Ses mêmes auteurs se sont rendus sur les réseaux pour approuver cette version : Pucho je demandais où vous deviez voter le matin (en ignorant que la dynamique du concours n’est pas comme ça à ce stade) et Alizzz leur a donné « ses dizaines ». Mais aucun des responsables du concours n’a parié dessus. Le metteur en scène non plus qui, dans un beau plan aérien où Anajú semblait au bord des larmes à la mort de la chanson, a décidé qu’il était plus intéressant de passer à un plan général inutile de la scène. Bon travail! Anajú, en tout cas, a encore certaines options pour couvrir l’un des deux postes vacants qui seront choisis par le public lors de la demi-finale de la semaine prochaine. Ça, Puchito, ce sera le moment d’envoyer le SMS.

[bzkshopping count= »3″ template= »grid » merchants= »amazon »]

Et voilà, à bientôt cher amoureux de la musique.
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le partager.