Chronique de Volbeat à Bilbao – Mondo Sonoro (2018)

Chronique de Volbeat à Bilbao – Mondo Sonoro (2018)

13 juin 2022 0 Par Le Caiman

Salut.

Volbeat Ils sont présentés à Bilbao dans la salle Santana 27 où ils ont accroché le panneau «No Tickets». votre lecteur « Sceller l’affaire et Let’s Boogie » Il a quelques années mais il cède encore beaucoup de terrain. Bien qu’il semble que l’année prochaine nous aurons une nouvelle version comme Michael Poulsen l’a annoncé pendant le concert, en fait une nouvelle chanson a été abandonnée quand il nous en a parlé. Et avec un public plus que dévoué, les Danois ont été une chevauchée triomphale. Ils évoluent déjà dans la ligue des champions et ils savent très bien rendre les gens heureux et ils répondent ravis de la vie. Ce mélange de métal avec tous les genres liés au rock que vous pouvez imaginer et toujours avec la bonne touche mélodique a touché la cible et l’a rapproché de tous les publics.

Depuis le premier morceau avec « The Devil’s Bleeding Crown », les chansons d’accompagnement « hey hey » n’ont jamais cessé, que Michael Poulsen l’ait demandé ou non. Les gens voulaient chanter les chansons et il n’y avait pas de chanson qui ne donnait lieu à lever les poings et à pousser la chanson au son du « hé hé » susmentionné. Avec Michael au centre du perchoir. Porter une chemise boxer GG (j’imagine que ce sera Gennady Golovkin), déjà sur les photos de la promo du concert, il est apparu avec une chemise Mike Tyson, rend sa passion pour ce sport évidente. Se déplaçant sur scène et chantant dans chacun des trois micros qui ont été placés pour que tout le public puisse profiter de leur proximité, il a su le mettre dans sa poche à la première occasion. « Heaven nor Hell », « A Warrior’s Call » et la version de « I Only Want to Be with You » de Dusty Springfield tombent à l’improviste, célébrée avec style et que les gens chantent à la demande du groupe. Ils continuent avec « Lola Montez » qui produit une autre ruée vers le public qui mange déjà dans sa main. Il se souvient d’Elvis Presley et de Johnny Cash avant d’attaquer « Sad Man’s Tongue » et ils continuent dans cette touche plus country avec « The Lonesome Rider ». Tout le monde chante son « Let It Burn » pour immédiatement chambouler la salle avec « Dead but Rising » avec un Rob Caggiano ajoutant une touche thrash-metal. Ils continuent de se propulser avec un « 16 Dollars » à part entière, qui fait partie de ces chansons qui secouent beaucoup. Il est temps de nous parler de son prochain album et d’en profiter pour faire une nouvelle chanson de marque maison. « The Everlasting » est son titre. Les gens amènent leurs enfants au concert. Certains très petits et Michael le remarque et l’invite à faire monter la fille et sa mère sur scène pour les mettre plus à l’aise. Tout un détail. Et pour la dernière ligne droite, trois cartes gagnantes ont été tirées qui ont mis le point culminant du concert. Un « For Evigt » scandé jusqu’à épuisement suivi d’un puissant « Seal the Deal » avec un Rob Caggiano donnant le ton et se terminant par « Doc Holliday » tournant son côté plus trash et laissant le staff plus que satisfait.

Pour le rappel, ils font une superbe interprétation de « Black Rose » qui fait monter encore plus la température, « Fallen » tombe avec les personnes accompagnant le groupe qui chantent la chanson à tout moment et se termine par « Still Counting » dans lequel ils montent sur scène pour beaucoup d’enfants qui ont assisté au concert confirmant que sa musique s’adresse à toute la famille.

Voyons où vont les coups dans le prochain opus car le fait d’aimer autant de secteurs selon comment on penche d’un côté ou de l’autre fait perdre une partie d’un secteur du public. Nous sommes ainsi. Je suis sûr qu’ils savent jouer leurs cartes comme ils l’ont fait jusqu’à présent. Le temps le dira.

[bzkshopping count= »3″ template= »grid » merchants= »amazon »]

Ça y est, j’espère que vous avez apprécié cet article cher mélomane
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le commenter.