La Bien Querida, critique de son album Brujeria (2019)

La Bien Querida, critique de son album Brujeria (2019)

22 avril 2022 0 Par Le Caiman

Bonjour.

Se remettre d’un travail aussi complet qu’il l’était ‘Préméditation, nocturne et trahison‘ (15) n’est pas une tâche facile. Pourtant, La Bien Querida a réussi à maintenir la barre haute avec « Feu« (17) et termine à nouveau le jeu avec son nouvel album »La sorcellerie » (19), un album presque conceptuel dans lequel chaque chanson est liée à un enchantement.

Du chuchotant ‘Protective Spell’ à l’épopée ‘La Fuerza’, La Bien Querida nous emmène dans un voyage à travers 11 thèmes où magie et sentiments s’entremêlent pour construire une histoire aussi passionnante qu’inspirante. Bien qu’il y ait toujours eu un élément profondément romantique dans sa musique, c’est peut-être l’œuvre dans laquelle il parle le plus précisément de l’amour et de ses vicissitudes. Il y a des titres comme ‘La vérité’ ou ‘Je t’aime’, peu susceptibles d’interprétation. C’est un album plein de mid-tempos et de phrasés lents (‘Miedo’, ‘Nubes negra’) dans lequel ne manquent pas les hits pop électroniques house comme l’immense ‘Me poisonas’ ou le premier single ‘Qué’, où accompagne Diego Ibáñez de Carolina Durante. Il y a aussi des duos avec J de Los Planetas (‘Domingo Escarlata’, ‘La Fuerza’) et David Rodríguez de La Estrella de David (‘Let Me Enter’), qui pour la première fois n’apparaît pas en tant que producteur. Cette fois, ce rôle revient à Carlos René (Axolotls mexicains), bien que la propre implication d’Ana soit plus prononcée que jamais. Ensemble, ils ont construit un « mur du son » aux échos de New Order et The Cure, mais aussi de Lana Del Rey, Cigarettes After Sex ou encore My Bloody Valentine (« Bite »). Bref, un album complexe mais accessible qui confirme, une fois de plus, que La Bien Querida est l’un des meilleurs auteurs-compositeurs de notre pays.

[bzkshopping count= »3″ template= »grid » merchants= »amazon »]

Et voilà, à bientôt cher mélomane
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le mentionner.