Lady Gaga ne « se souvient pas » d' »ARTPOP »… mais c’est toujours un disque fascinant –

Lady Gaga ne « se souvient pas » d' »ARTPOP »… mais c’est toujours un disque fascinant –

31 mai 2022 0 Par Le Caiman

Bienvenu sur Fédération Caïman, je m’appelle Béatrice, dans cet article, nous allons à nouveau évoquer un passionnant thème musical.

Lady Gaga a déclaré sur Twitter qu' »elle ne se souvient pas » d' »ARTPOP », son troisième album, qui ce 6 novembre a fêté ses 6 ans. Récemment, la chanteuse s’est mise à tweeter « mon prochain album s’appellera ADELE » sans aucun sens, il est donc difficile de dire à quel point elle est sérieuse. Ce qui est clair, c’est qu’il a stupéfié nombre de ses followers. L’un s’est exprimé : « Gaga, je ne me suis pas fait tatouer ‘ARTPOP’ pour ça », tandis que d’autres ont répondu que ‘ARTPOP’ est « l’album du millénaire »… reproduisant les mots avec lesquels Gaga elle-même le décrivait peu avant sa publication . Quelqu’un a même fait une comparaison avec les deux messages sur Twitter.

Gaga est peut-être simplement en train de troller, mais on sait que l’artiste ne se souvient pas de cet album avec une affection particulière, comme nous l’avons déjà revu lorsqu’elle a eu 30 ans. Culminant dans une dépression, comme son auteur le reconnaîtra plus tard, « ARTPOP » a représenté une crise d’identité majeure pour Germanotta, apparemment tiraillée entre être une pop star et être une artiste sérieuse. ‘ARTPOP’ était le résultat d’une exploration erratique dans ce sens, dans laquelle nous avons vu Gaga à la fois chanter avec rupaul à la télévision, comme annoncer qu’il agirait dans l’espace (cela n’est jamais arrivé); à la fois arriver à un événement dans une robe volante et tourner une vidéo obscène avec R. Kelly qui ne verrait jamais la lumière du jour pour des raisons bien connues ; à la fois enregistrer une vidéo étrange avec Marina Abramović et présenter une chanson comme ‘Venus’ ou s’abandonner aux rythmes EDM de Justice; à la fois inspirés par David Bowie et se laissant saouler lors d’une performance au iTunes Festival qui fut un délire du début à la fin. Comme Gaga l’a chanté dans ‘Applause’ : « La culture pop était un art / maintenant l’art est dans la culture pop en moi ». Dans une interview en 2015, l’artiste a reconnu qu’au cours de cette étape, également difficile pour sa santé (à ce moment-là, elle commence à s’automédication en raison de ses problèmes de hanche), elle en était venue à craindre que son image n’éclipse son talent. Sa réponse suivante a été de sortir un album de standards de jazz avec Tony Bennett.

La scène « ARTPOP » était un barrage constant de nouvelles bizarres dans lesquelles vous ne saviez jamais si Gaga faisait une « performance » ou si elle avait vraiment adhéré à son rôle de personnage « monstre ». La chanteuse est venu se déshabiller lors d’un concert, faire un apparition épique à l’aéroport d’athènes

et star dans un étrange sortie d’un hôtel londonien, pieds nus et totalement disparu, du moins en apparence. Mais tout ce plaisir (aux yeux du public) a été obscurci par le lien de Gaga avec R. Kelly et Terry Richardson, deux personnes accusées d’abus sexuels, dans la chanson et la vidéo de ‘Do What U Want’, déclenchant une controverse qui a suite Longue vie jusqu’à la première, plus tôt cette année, du documentaire ‘Surviving R. Kelly’. La chanson -dans sa version avec R. Kelly- a alors été retirée des plateformes de streaming et ce n’est que maintenant il vient de sortir un nouveau lot de CD ‘ARTPOP’ qui ne l’inclut plus. L’une des meilleures chansons de ‘ARTPOP’ n’était plus sur l’album et est devenue pour toujours une chanson maudite. Aujourd’hui, c’est juste un duo avec Christina Aguilera.

Il est évident que l’ère ‘ARTPOP’ était chaotique, mais dès le début il était clair que l’album était très bon, sans être parfait. Quelque part dans sa séquence étrange et trop généreuse se cachait une œuvre totalement justifiable qui n’a pas perdu sa capacité d’amuser et de fasciner, et qui aujourd’hui reflète probablement mieux la personnalité de Gaga que n’importe quel autre de ses albums, non pas parce qu’elle est contradictoire et délabrée moins adorable . Car à part les erreurs (‘Jewels N’ Drugs’, ‘Dope’, ouverture avec ‘Aura’, la présence d’un ‘MANiCURE’ que je n’ai jamais aimé, la séquence précitée) il y a eu beaucoup de hits et surtout un grand sens de humour : ‘Applause’ est désormais iconique dans leur catalogue grâce à son cri de guerre « donne moi ce truc que j’aime », les petits cris de « tu ne sais pas que mon cul est célèbre » de ‘Venus’ et sa composition étrange sont hilarant, l’élégance-parodie de ‘Donatella’ géniale, le refrain de ‘Sexxx Dreams’ une petite merveille… Aussi, ‘Fashion !’ c’était sophistiqué et ‘Gypsy’ était une grande chanson mélodique. Je mentirais si je disais que « ARTPOP » n’apparaît plus sur mes playlists et celles de mes amis depuis toutes ces années. C’est son album le plus fou, et Gaga allait le faire tôt ou tard. Peut-être que le « ART » de son titre était quelque peu diffus entre les rythmes sales de Zedd et compagnie, mais dans la tentative Gaga a trouvé un album unique dans sa composante réactionnaire. Peut-être a-t-il corrigé certaines de ses erreurs, dont la promotion, pour le prochain ?

[bzkshopping count= »3″ template= »grid » merchants= »amazon »]

Ça y est, c’est déjà la fin cher amoureux de la musique.
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le partager.