Puscifer, critique de son album Existential Reckoning (2020)

Puscifer, critique de son album Existential Reckoning (2020)

26 août 2021 0 Par Le Caiman

Bienvenu sur Fédération Caïman, je me présente, je m’appelle José, aujourd’hui, nous allons une nouvelle fois explorer un excellent truc d’actualité (ou pas d’ailleurs) musique.

Tool est-il toujours le projet le plus apprécié de Maynard James Keenan ? La question est risquée et même délicate, d’accord. Mais c’est que le profil peu extravagant de Keenan a trouvé un espace pour briller dans ses projets « mineurs », d’abord dans A Perfect Circle puis dans Puscifer.

Au « Compte Existentiel », Maynard qui a enregistré les voix au milieu des tonneaux de sa cave et les siennes parviennent à faire des clins d’œil à différents sous-genres, mais toujours s’en tirer, délivrant des sons combinés de manière originale. Contrairement à d’autres sorties, et malgré le clip de l’avance « Apocalyptical » ayant sa juste part d’humour déformé, cet album s’épanouit dans une atmosphère sérieuse ; affiche sobrement sa beauté rivale, tout comme la couleur violette.

L’audio avec lequel chacune des douze chansons qui composent l’album prend vie est certainement l’une des vertus de l’album : il y a une très bonne utilisation de la polyvalence des synthétiseurs, au-delà d’un mix parfait.

En général, c’est un album lent, sombre et sans grandes frayeurs, une œuvre qui réside dans un équilibre absolu entre science et ressenti. Il y a des situations de configuration sonore qui peuvent faire penser aux premiers Faith No More, pré-Patton (« Apocalyptical », « The Underwhelming »), d’autres à la nouvelle électronique romantique du début des années 80 (« Bread & Circus ») ou en plusieurs autres choses futurisme, trip hop, industriel, bandes sonores, mais ce qui est intéressant avec la musique de « Existential Reckoning » est que, malgré ces liens diffus vers différents sons connus, elle ne laisse aucun doute quant à la signature des thèmes : en fin de compte et grâce à la capacité musicale et à la personnalité éprouvées de Maynard James Keenan, Matt Mitchell (guitare, basse, claviers) et Carina Round (voix, claviers), Puscifer sonne comme Puscifer.

En pleine période de reconsidération totale, Puscifer s’engage pour la cause et à partir du titre de l’assiette -traduisible par « Existential Reckoning » – propose un travail pensé en détail et exécuté avec des compétences professionnelles, qui réalise ce que peu d’autres : briller sans dénoter l’ambition.

  • Existential Reckoning

Ça y est, j’espère que vous avez appris de nouvelles choses cher mélomane
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le mentionner.