Rag’n’Bone Man / Humain –

Rag’n’Bone Man / Humain –

28 septembre 2021 0 Par Le Caiman

Bonjour à tous, je suis Aurélien, dans le post ci-dessous, nous allons à nouveau commenter un excellent thème autour du son.

Je sentais déjà que Rag’n’Bone Man, l’alias derrière lequel se cache le Britannique Rory Graham, avait de nombreux numéros à balayer ; ‘Human’, le premier single de cet album, est une chanson soul épique et intense, avec des touches électroniques et un refrain sans réplique, portée par une voix blues puissante et polyvalente. Il m’a été recommandé avec enthousiasme par mon collègue anti-tout et très vite je l’ai vu apparaître dans le numéro 1 de Los 40 Principales. Une musique commerciale de qualité, capable d’apaiser les oreilles les plus exigeantes et de plaire à l’auditeur occasionnel qui n’a pas de bêtises. Si cela ne génère pas de consensus…

Les qualités qui transparaissent sur le single ‘Human’ sont les mêmes que celles trouvées sur l’album ‘Human’. C’est l’un de ces premiers albums solidement construits, dont les chansons sonnent si familières, il semble incroyable qu’elles soient des débuts. Un condensé de soul, de hip hop et de blues baigné d’électronique et avec un instinct pop aiguisé. Comme un Hozier moins organique, un John Newman sans hystérie, avec le nez de Sia ou d’Adèle pour faire des chansons. Bien sûr, le garçon avait déjà plusieurs coups de feu : deux EP, des collaborations avec des sommités comme Vince Staples ou Kate Tempest et de nombreuses années en tant que chanteur dans des jams blues. Toute cette expérience germe dans un album produit par Mark Crew (producteur Bastille), Two Inch Punch (Jessie Ware, Sam Smith) et Jonny Coffer (co-auteur de ‘Freedom’ de Beyoncé), des gens habitués à polir et donner de la splendeur aux stars du néosoul. . Et cela montre que tout est parfaitement pensé et chouchouté ici.

Les chansons sont robustes comme des temples, juste la bonne longueur, la meilleure touche possible pour leur caractère, et savamment placées pour alterner transcendance et calme. Les inflexions de la voix de Graham sont parfaitement assorties, passant du falsetto au rugissement tellurique avec une facilité étonnante. Après le bain de ‘Human’, sautez dans l’âme plus conventionnelle dans ‘Innocent Man’; de là à ‘Skin’, dont la cadence trip hop explose en un grand refrain. ‘Bitter End’ est l’inverse : un pont épique qui abaisse l’intensité du premier refrain pour se briser dans le post-refrain. Puis il joue du rattrapage avec ‘Be the Man’, une pièce légère et joyeuse grâce à ces notes de piano qui se répètent. Puis la ballade ‘Love You Any Less’, déchirée, confessionnelle, composée de piano et de cordes… et ainsi de suite tout au long de la minute. Il est difficile de mettre en évidence quoi que ce soit en particulier, car toutes les chansons sont pertinentes. Mais on peut signaler le rap de ‘Ego’ (Graham utilise aussi un bon flow) ; ‘Arrow’, probablement mon préféré, qui va d’un pont presque menaçant à un refrain lumineux et le thème qui clôt l’édition normale, ‘Die Easy’, chantant a cappella glaçant. L’édition de luxe porte le disque à 19 pistes. Ce sont les plus ouvertement électroniques, également endettés au hip hop et au blues. Certains étaient déjà apparus sur ses précédents EP’s : ‘Fade to Nothing’, accrocheur et joyeux ; « Lay my Body Down », une autre ballade percutante ; ‘Life in Her’, magnifique même sans le concours Kate Tempest, qui a participé à la version originale.

‘Human’ est un album très intelligent ; un prodige d’équilibre : il est personnel et absolument commercial ; lisse mais pas soyeux; dur mais pas rugueux non plus. Il a la quantité exacte d’électronique et la bonne quantité d’instrumentation « réelle » ; traverser le drame sans accabler; il est plein de sentiment mais ne tombe pas dans la sentimentalité ; il casse quand il est temps de casser, il se calme quand il faut se calmer. Peut-être, à quel point tout est-il bien placé, quelqu’un peut-il l’accuser de calcul, voire de timidité. Mais rien de plus. C’est un bon courant dominant.

Qualification: 8/10
Le meilleur: ‘Humain’, ‘Peau’, ‘Fin amère’, ‘Je t’aime moins’, ‘Flèche’
Vous l’aimerez si vous l’aimez: Hozier, Sia, John Newman, Adèle, Jessie Ware…
Écoute le: Spotify

  • Dans la combi de Thomas Pesquet - Tome 0 - Dans la combi de Thomas Pesquet

C’est tout pour aujourd’hui, j’espère que vous avez appris de nouvelles choses cher amoureux de la musique.
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le partager.