Rencontre avec le clan Wu-Tang

Rencontre avec le clan Wu-Tang

23 novembre 2021 0 Par Le Caiman

Bienvenu sur Fédération Caïman.

A l’occasion de la sortie de son nouvel album « A Better Tomorrrow », notre collaborateur Marcos Molinero revient sur la carrière du groupe à travers ses vidéos.

Nous sommes au bon moment pour rendre hommage ou mieux encore faire le point sur la carrière du plus important groupe de rap qui a vu le jour dans les années 90. Un groupe qui, de son propre chef, est entré dans l’Olympe des grands du genre, bien que la leur ait été une trajectoire avec des hauts et des bas. Maintenant, il ne fait aucun doute que le Wu-Tang Clan a signé certains des meilleurs disques de rap des trois dernières décennies. Et pas seulement au sein de leur formation, puisque leurs membres solos ont été à la hauteur et, à l’occasion, ont livré des disques supérieurs à ceux du groupe mère. Depuis ses lointains débuts en 1993, les ramifications du Clan n’ont cessé de croître. De la banlieue de Staten Island (New York) au monde, ce méga-combo de dix artistes a inauguré une manière originale de rajeunir le genre avec un son brut, minimaliste et fantomatique, influencé par les arts martiaux et qui a réussi à faire tourner ses membres en super-héros sortis du ghetto prêts à dominer la planète.

« CRÈME » (« Entrez dans le Wu-tang (36 chambres) », 1993)

Les quatre rares minutes du sujet nous montrent effectivement les lignes directrices du Clan. Des bases fortes avec du muscle, un certain air sombre et minimaliste. Les couplets sont de Raekwon et Inspectah Deck, Method Man se charge du refrain.Le sampler de la chanson « As Long As I’ve Got You » des Charmells donne au thème un air mélancolique jusqu’alors inconnu dans le genre.

« Protège ton cou » (« Entrez dans le Wu-tang (36 chambres) », 1993)

Un autre hymne et pas seulement du groupe, mais du genre en général. Avec un début de marque maison avec des dialogues de ses films d’arts martiaux bien-aimés, nous rencontrerons tous les membres du groupe sur une base simple mais très efficace. Les huit MC montrent leur puissance dans cet ordre : RZA, Inspectah Deck, Raekwon, Method Man, U-God, Ol’ Dirty Bastard, Ghostface Killah et GZA.

« Triomphe » (« Wu-Tang pour toujours », 1997)

Après ses débuts formidables, le plan consistait à sortir des albums solo de certains des membres du Clan. Leur deuxième long métrage ensemble a mis quatre longues années à voir le jour. Rien dans Wu-Tang Clan ne suit les directives les plus évidentes, ils sont donc revenus aujourd’hui avec un double album bien mieux produit mais sans le punch des débuts. Cette chanson n’a pas de chœurs, mais charge plutôt les encres sur huit des neuf membres en crachant des mots d’une manière cool.

« Attention (Cliquez, Cliquez) » (« Le W », 2000)

Peu de chansons du groupe sont aussi violemment verbales que ce morceau, beaucoup plus complexe musicalement qu’il n’y paraît à première vue. Les excuses pour les armes sont évidentes dans un clip vidéo puissant qui élève une excellente coupe. Des guitares metal et funk, des airs orientaux et une base rythmique à base de plans.

« Uzi (Anneau Rose) » (« Drapeau de fer », 2001)

Un an après « The W », le groupe new-yorkais nous propose un album qui poursuit le chemin du précédent. Moins d’ombres et plus de lumières. Avec une production beaucoup plus actuelle et loin de ses débuts. Cette piste particulière était le single d’introduction.

« Gravière » (« Le W », 2000)

Le clan voyage aux temps préhistoriques, roule les Pierrafeu, dans un clip imposant d’un blockbuster presque hollywoodien. Si l’on ajoute à cela que les samplers de la chanson sont issus d’un vieux thème de Cameo… beaucoup auront déjà mis la main à la tête. Une erreur, puisque nous sommes face à une pièce unique dans le répertoire du groupe. Humour et ironie partout.

« Le cœur pleure doucement » (« 8 Diagrammes », 2007)

Le premier album après la mort d’Ol’ Dirty Bastard a donné une tournure inattendue à la musique du combo : plus chargée en orchestrations et très intense émotionnellement. Cette piste particulière est basée sur la chanson bien connue de George Harrison « While My Guitar Gently Weeps ». Collaborer avec le fils du beatle et John Frusciante (Red Hot Chili Peppers) plus une stellaire Erikah Badu.

« Ruckus en si mineur » (« Un avenir meilleur », 2014)

Après la collection régulière d’anciens morceaux et de chansons perdues qu’ils ont sortis sous le titre « Legendary Weapons », nous avons enfin du nouveau matériel du Clan. Un album qui, sans le dépasser, parvient parfois à se rapprocher de l’excellence de son premier album. Quinze chansons sans interruption entre les deux. Cette pièce et leur performance dans le légendaire spectacle de David Letterman témoignent de l’excellente forme du groupe.

« Da Mistery Of Chessboxin » (« Entrez dans le Wu-Tang (36 chambres) », 1993)

Une autre chanson de ses débuts est que sur cet album tout s’intègre parfaitement. C’est un manuel transparent sur la façon de créer un album qui innove et révolutionne un style. Cette pièce met en vedette deux des membres les moins connus du clan : U-God et Masta Killa. Le clip est un autre hommage à ses films d’arts martiaux bien-aimés

« Apportez Da Ruckus » (« Entrez dans le Wu-Tang (36 chambres) », 1993)

On ferme le top dix avec une autre chanson de ses débuts, la première en particulier. Avec les dialogues des films « Shaolin & Wu Tang » et « Ten Tigers From Kwang-Tung » ainsi que le sample de « Synthetic Substitution », une vieille chanson de Melvin Bliss, ils parviennent à nous attraper dès la première seconde. Le clip est un exercice de copier-coller de vieux films d’arts martiaux et de la fanfare en plein essor.

MEMBRES SEULS DU CLAN WU-TANG

Method Man « Apportez la douleur »

Sûrement le membre le plus actif et le plus réussi du groupe. Acteur de comédie et apparition dans l’une des séries les plus importantes de ces derniers temps, « The Wire ». En tant que musicien, il a été le premier à sortir un album solo à succès, dont Grammy. Ses albums avec Redman sont à un niveau spectaculaire. Cette chanson était le premier single de son premier album. « Tical » publié en 1994.

GZA « Épées Liquides »

Le génie. La moitié du cerveau de la bête. Il est le membre le plus âgé du groupe ainsi que le plus expérimenté (il a commencé à rapper en 1976, alors que le rap était encore un phénomène underground local à New York). Il enregistre un album en 1990 avant de former le Wu-Tang Clan. « Liquid Swords » est considéré par de nombreux fans et critiques comme le meilleur album du groupe.

Raekwon « Scarfaces incarcérées »

Raekwon est connu comme « Le Chef » pour avoir le flux le plus fluide et être le membre avec le plus d’utilisation d’argot du combo. Son album « Only Built 4 Cuban Linx » est apprécié par de nombreux fans comme l’un des meilleurs albums solo d’un membre du Wu-Tang, avec « Liquid Swords ».

Cappadonna « Courez »

Sans être membre du Clan, c’est un artiste fortement associé au groupe new-yorkais. Très présent dans les albums combos comme leur double album « Wu-Tang Forever ». Cette chanson avec un clip proche d’un court métrage cinématographique montre le style unique de Cappadonna.

RZA « Bébés de Brooklyn »

Le vrai leader du groupe. Il a produit l’intégralité de l’album « Enter the Wu-Tang » ainsi que la plupart des chansons des albums suivants. En fait, il a même été chargé de produire de nombreuses œuvres en solo des membres du groupe, en particulier au cours de leurs premières années. Dans ce thème, il allie dénonciation sociale et humour à parts égales.

Ol ‘Dirty Bastard « Brooklyn Zoo »

Le rebelle du groupe. La polémique était son ombre constante (problèmes avec la loi et avec la drogue). Bien que sa musique ne soit peut-être pas à la hauteur de celle de ses pairs, c’était du pur charisme. Il est décédé dans le studio d’enregistrement le 13 novembre 2004 d’un mélange de cocaïne et d’analgésiques.

Gravediggaz « Nulle part où courir, nulle part où se cacher »

Il s’agit d’un projet parallèle de RZA, fondé avec Prince Paul (producteur de De La Soul), Frukwan de Stetsasonic et Poetic de The Brothers Grimm. Gravediggaz a sorti « 6 Feet Deep » en août 1994, façonnant le premier album d’un petit sous-genre hip hop appelé Horrorcore.

Ghostface Killah « Mighty Healty »

Au début, toujours caché sous un masque qu’il ôta plus tard, il est un autre des grands du Clan. Avec son grand ami Raekwon, ils ont signé l’un des meilleurs albums de rap de l’histoire, le susmentionné « Only Built 4 Cuban Linx ». À lui seul, « IronMan » est aussi superbe que les meilleurs albums de Raekwon ou de GZA.

Inspectah Deck « Jusqu’au jour »

Premier single de sa nouvelle œuvre qui vient de sortir, avec un clip spectaculaire qui met le doigt sur la blessure à chaque image. Inspectah Deck est considéré par de nombreux fans comme le membre le plus en vue pour son style de streetrap et de funk.

U-Dieu « Dat’s Gangsta »

Le membre avec la race la plus discrète en dehors du groupe, quelque chose qui a parfois été imputé à RZA, et à la suite de quoi ils ont été en désaccord. Pourtant, des chansons comme celle-ci montrent que même l’un des membres les plus gris peut créer des chansons épiques.

  • Rencontre avec Le Mal

Et voilà, c’est déjà la fin cher mélomane
Si vous avez aimé l’article, n’hésitez pas à le mentionner.