Le démantèlement du secteur technologique est plus une catharsis qu’une crise

Le démantèlement du secteur technologique est plus une catharsis qu’une crise

15 mai 2022 0 Par Le Caiman
Image d'une personne devant un graphique suivant le rendement des placements.

À la suite d’une série de réunions de «super clarification» avec les actionnaires, le directeur général d’Uber, Dara Khosrowshahi, envoyé par e-mail employés le dimanche soir avec un message saisissant : « nous devons leur montrer l’argent ».

Mutilant ses métaphores, Khosrowshahi a expliqué que le marché connaissait un « changement sismique » et que « les poteaux de but ont changé ». La priorité de l’entreprise de covoiturage et de livraison de nourriture doit désormais être de générer des flux de trésorerie disponibles. « Nous desservons des marchés de plusieurs billions de dollars, mais la taille du marché n’a pas d’importance si elle ne se traduit pas par des bénéfices », il a écrit.

Pour le patron d’Uber, claironner les flux de trésorerie et les bénéfices aurait semblé à peu près aussi probable qu’Elon Musk criant sur les avantages de l’humilité personnelle et des voitures à essence. Aucune entreprise n’a été plus emblématique du marché haussier long, fou et dopé en capital des valeurs technologiques qu’Uber. Créée en 2009, la société flottait une décennie plus tard à une valorisation de 76 milliards de dollars sans enregistrer un seul quart de bénéfice. Sa conversion tardive à l’orthodoxie financière montre à quel point les marchés se sont transformés depuis le retournement du cycle des taux d’intérêt et le krach du tech-heavy Nasdaq marché, qui a chuté de 26 % cette année.

Comme toujours, lorsque les bulles éclatent, il est difficile de faire la distinction entre l’ajustement temporaire et le changement permanent, entre le ralentissement cyclique et la tendance séculaire. L’écume spéculative vient-elle de s’envoler du haut du marché ? Ou les règles du jeu ont-elles fondamentalement changé pour ces start-ups soutenues par du capital-risque essayant d’imiter Uber ? Mon pari est sur ce dernier, mais ce n’est peut-être pas une mauvaise chose.

Il existe certainement un argument solide selon lequel le boom extraordinaire des actions technologiques au cours de la dernière décennie a été largement alimenté par les politiques de taux d’intérêt bas sans précédent en réponse à la crise financière mondiale de 2008. Le capital devenant une marchandise, il était logique pour les opportunistes des entreprises telles qu’Uber pour saisir autant d’argent que les entreprises de capital-risque leur donneraient pour « blitzscaler » leur chemin vers la domination du marché.

Cette expansion folle a été accélérée par le financement fourni par une nouvelle classe d’investisseurs non traditionnels, ou touristiques, dont SoftBank de Masayoshi Son et des fonds spéculatifs « croisés » tels que Tiger Global. Ces fonds connaissent aujourd’hui des baisses spectaculaires de la valorisation de leur portefeuille. SoftBank vient d’annoncer une perte d’investissement historique de 27 milliards de dollars au cours de la dernière année dans ses deux fonds Vision, tandis que Tiger Global a perdu 17 milliards de dollars cette année.

« Il y avait un ensemble unique de politiques économiques et financières adoptées par les banques centrales du monde que nous n’avions jamais vu auparavant : des taux d’intérêt négatifs soutenus sur le long terme », explique William Janeway, l’investisseur chevronné. En conséquence, dit-il, certaines entreprises ont poursuivi «le capital comme stratégie« chercher à investir leur chemin vers le succès et ignorer les mesures traditionnelles. » Mais je ne pense pas que ce soit une stratégie d’investissement raisonnable ou durable. « 

Les investisseurs boursiers ont tiré la même conclusion et font désormais la distinction entre les entreprises technologiques qui génèrent des flux de trésorerie et des bénéfices importants, comme Apple, Microsoft et Alphabet, et des investissements plus spéculatifs, comme Netflix, Peloton et Zoom. Ceux-ci ont peut-être grandi extrêmement vite pendant la pandémie de COVID-19, mais ils sont toujours inondés d’encre rouge.

Tout comme les investisseurs des marchés publics sont passés des actions de croissance gourmandes en liquidités à des sociétés de valeur génératrices de liquidités, les investisseurs des marchés privés emboîtent le pas, déclare Albert Wenger, associé directeur d’Union Square Ventures, la société de capital-risque basée à New York. « Je pense que c’est sain. Les entreprises doivent créer de vrais produits et offrir une valeur client qui se traduit par des revenus », déclare Wenger, même si ce changement s’avérera« très, très douloureux pour un certain nombre d’entreprises ».

La vie devient déjà inconfortable pour les startups en phase avancée qui cherchent à sortir. Les marchés publics sont désormais difficiles d’accès. Selon EY, la valeur de toutes les introductions en bourse mondiales au premier trimestre 2022 a chuté de 51% en glissement annuel. Le marché autrefois maniaque pour les sociétés d’acquisition à vocation spéciale, qui permettaient à des entreprises technologiques hautement spéculatives de s’inscrire par la porte dérobée, a pratiquement gelé. Les ventes commerciales ont également chuté en raison de l’activité de fusions et acquisitions fortement contracté. Et des évaluations pour financement à un stade avancé les rondes ont maintenant chuté aux États-Unis, le reste du monde suivant derrière.

Malgré cela, l’industrie du capital-risque reste bourrée d’argent et cherche désespérément à investir. Selon KPMG, près de 1 400 fonds de capital-risque dans le monde ont levé un total de 207 milliards de dollars l’an dernier.

Bien que l’argent comptant compte beaucoup plus, la capacité des startups à exploiter les opportunités en utilisant des outils bon marché et puissants tels que les logiciels open source, le cloud computing et les applications d’apprentissage automatique reste intacte. Et un ralentissement des plans d’embauche voraces des grandes entreprises technologiques pourrait persuader davantage d’entrepreneurs en herbe de tenter le coup. « Nous devons encore prendre beaucoup plus de tirs au but du point de vue de l’investissement et de la société », déclare Wenger. Il reste une demande criante pour les startups de la technologie climatique pour inventer des moyens plus intelligents de réduire la consommation d’énergie, par exemple.

Les entreprises soutenues par du capital-risque viennent peut-être de surfer sur le marché haussier le plus extraordinaire générateur de richesse de l’histoire. De telles conditions surnaturelles ne se reproduiront plus jamais. Ce qui suivra sera plus probablement une catharsis qu’une crise, tant qu’ils pourront, comme Uber, montrer l’argent aux investisseurs.

Financial Times : © 2022 Financial Times Ltd. Tous les droits sont réservés Ne pas être redistribué, copié ou modifié de quelque manière que ce soit.