Les États-Unis ont encore un long chemin à parcourir avant d’adopter une politique de chargeur universel

Les États-Unis ont encore un long chemin à parcourir avant d’adopter une politique de chargeur universel

18 juin 2022 0 Par Le Caiman
USB Type-C, le connecteur ennuyeux le plus excitant de l'industrie à l'heure actuelle.

Après que l’Union européenne (UE) a annoncé que de nombreux appareils technologiques grand public utilisant la recharge filaire nécessiteraient l’USB-C d’ici 2024, trois sénateurs américains demandent une norme similaire.

Dans une lettre envoyée jeudi [PDF]les sénateurs Edward Markey (D-Mass.), Elizabeth Warren (D-Mass.) Et Bernie Sanders (I-Vt) ont demandé à la secrétaire au Commerce Gina Raimondo d’envisager une stratégie qui exigerait des normes de charge universelles dans la technologie grand public.

Les sénateurs n’ont pas mentionné l’USB-C, mais ont cité la législation à venir de l’UE qui exigera que les smartphones, les appareils photo numériques, les liseuses, les casques, les ordinateurs portables et certains autres produits technologiques grand public avec chargement filaire utilisent l’USB-C.

Au moment d’écrire ces lignes, le secrétaire Raimondo n’a pas répondu à la lettre.

Les sénateurs ont demandé au secrétaire au commerce « de se coordonner avec les bureaux et les agences du ministère du Commerce pour élaborer un plan complet qui protégera à la fois les consommateurs et l’environnement en remédiant à l’absence d’une norme de tarification commune aux États-Unis ».

Fardeau financier et environnemental

La lettre fortement formulée se concentrait sur « l’incapacité de l’industrie de l’électronique grand public à établir des normes uniformes pour les accessoires de charge » et les « dommages économiques et environnementaux » qui en découlent.

Il a également souligné Données UE constatant qu’en 2020, 38% des consommateurs de l’UE ont essayé au moins une fois de recharger leur téléphone et que les seuls chargeurs disponibles étaient incompatibles.

Cette expérience est omniprésente pour les utilisateurs d’iPhone d’Apple qui dépendent du port Lightning propriétaire. Apple est l’adversaire le plus connu de la charge USB-C obligatoire dans l’UE. Il a affirmé que la politique limiterait l’innovation et créerait plus de confusion chez les clients et de déchets électroniques à mesure que les chargeurs et accessoires Lightning deviendraient obsolètes.

Markey, Sanders et Warren ont avancé ces arguments de manière préventive, décrivant «l’obsolescence programmée» des chargeurs comme un fardeau financier pour les consommateurs.

La lettre se lit comme suit :

« L’innovation doit profiter aux consommateurs. Elle ne doit pas se faire à leurs dépens, les accabler d’accessoires incompatibles et les obliger à acheter un équipement de charge différent pour chaque appareil qu’ils possèdent. »

Un souci de santé

Les sénateurs ont exhorté le gouvernement à intervenir, qualifiant également le débat de problème de santé.

Ils ont pointé du doigt de nouveaux produits rendant les chargeurs spécialisés obsolètes (en vous regardant, connecteur 30 broches) et sont jetés. Les données de l’UE révèlent que les chargeurs représentent jusqu’à environ 11 000 tonnes de déchets électroniques par an, note la lettre.

Les sénateurs ont écrit :

« Lorsque les appareils électroniques ne sont pas éliminés correctement, les déchets électroniques peuvent propager des toxines dans l’eau, polluer le sol et dégrader l’air que nous respirons. »

L’UE a jeté les bases, mais des obstacles subsistent aux États-Unis

En plus d’utiliser les données de l’UE pour faire valoir ses arguments auprès de Raimondo, les sénateurs lui ont demandé de suivre l’exemple des législateurs de l’UE « en développant une stratégie globale pour faire face aux coûts inutiles pour les consommateurs, atténuer les déchets électroniques et restaurer la raison et la certitude du processus de l’achat de nouveaux appareils électroniques. »

Pourtant, il y aurait un long chemin à parcourir avant de voir l’USB-C ou toute autre solution de charge standardisée dans les gadgets grand public. Il a fallu 10 ans à l’UE pour adopter sa législation, qui ne devrait pas entrer en vigueur avant 2024. En cours de route, elle a fait face à de nombreuses oppositions de la part d’Apple.

Pendant ce temps, le débat pour une politique de recharge standard commence à prendre forme aux États-Unis. Markey, Sanders et Warren n’étaient pas précis sur les produits technologiques que toute norme devrait affecter ou sur la norme de charge préférée.

Les sénateurs n’ont pas suggéré non plus qu’une loi soit adoptée, mais plutôt une sorte de discussion inter-agences. Semblable à la politique de tarification universelle de l’UE et à la lutte pour le droit de réparer aux États-Unis, une législation commune sur la tarification aux États-Unis se heurterait probablement à l’opposition de entreprises et les groupes politiques qui croient que le gouvernement devrait être moins impliqué. (Il convient également de mentionner les mouvements notables dans cet espace, notamment l’adoption par l’État de New York du premier projet de loi sur le droit de réparation électronique.)

Si le gouvernement cherche à normaliser l’USB-C d’une manière ou d’une autre, il est utile que de nombreux appareils électroniques l’aient déjà adopté volontairement. Même Apple testerait la charge USB-C pour les iPhones.

Mais il est difficile d’ignorer l’argument selon lequel la charge universelle pourrait étouffer les nouvelles techniques de charge. Alors que l’UE a déclaré qu’elle modifierait sa politique si une nouvelle technologie de charge était meilleure pour les consommateurs que l’USB-C, il y a une bureaucratie évidente à cette approche.

De plus, savoir que toute grande innovation peut devenir un argument de vente pour vos concurrents pourrait décourager la R&D.

Selon les produits ciblés par un chargeur standard commun, cela pourrait compliquer les choses pour les entreprises qui facturent une prime pour un USB-C rapide et plus omniprésent. De même, cela pourrait avoir un impact sur les produits qui prennent le pouvoir sur la technologie propriétaire ou sur des alternatives telles que Micro USB, qui peuvent être plus volumineuses et plus lentes, mais coûtent moins cher.

Indépendamment des obstacles, les sénateurs estiment que le gouvernement américain devrait suivre l’exemple de l’UE, qui « a sagement agi dans l’intérêt public ».